Bestiole, Rainette, Grenouille! Quand on fait la connaissance de Dominique, c’est comme ça qu’on la nomme. C’est que Grenouille, elle baigne dans les couleurs; elle saute au cou de ses amis; elle plonge dans les causes engagées comme on se marre dans les marais.

Née dans les années 70, sur une base militaire en bord de mer à Sydney, Dominique s’immisce en petit têtard entêté dans ce monde de vent, de falaises et de traditions acadiennes où le son des cornes de brume exhale l’odeur fumante des algues. Dominique demeure une traditionnelle malgré la vie nomade qui la promène d’école en école…. c’est ça la vie d’une « military brat »!

Un jour, la famille fait le saut dans les Pays d’en haut pour y rester. Mais est-ce un hasard? Dominique descend de la lignée de Claude-Henri Grignon : histoires de lac Rond, jeux de galeries, fumée de pipes, essences d’épinettes, promesses dans les joncs… Dominique s’enfle d’idées et fait naître ses couleurs.

De galipette en galipette, on apprend aussi que le sang d’Éva Circé-Côté coule dans ses veines. Ne soyez pas étonnés! Dans les débuts du 20e siècle, Éva militait en faveur de l’éducation, se montait contre l’ingérence de l’église et se démenait pour l’émancipation des femmes. Si Dominique n’a jamais eu le dessein de lui ressembler, son esprit, lui, s’en est chargé naturellement. Militante innée, elle a souvent remué ciel et quenouilles!

Dans tout ce monde où le conte prend ses airs fabuleux, le sort en est jeté : il y a un pavé dans la mare. Notre femme forte est née avec le spina-bifida. Opérations à répétition, hospitalisations, enfance trouble. Notre grenouille baigne dans l’étrange.

Pour apprivoiser son mal, Dominique dessine le jour et chante la nuit. Parfois, le personnel hospitalier lui dit qu’elle chante trop fort. Aujourd’hui encore, elle vit avec cette anomalie, mais quand on la rencontre, on dirait une allégorie des marais : c’est une courageuse, c’est une reine, c’est une rainette.

Parmi le petit échantillon de filles acceptées au Collège Notre-Dame, la palme! Dominique est admise! Notre élue essaie de jouer du cor français, tente les barres parallèles, expérimente la batterie… elle se lance dans le théâtre de boulevard, côtoie la danse contemporaine et se mouille dans la poésie… elle bondit d’une fable à l’autre à la recherche d’une vie candide.

Dominique trouve parfois les moyens de sécher ses cours… étonnant pour une reine des milieux humides! Mais elle ne se gèle pas; elle grouille seulement d’envie d’en apprendre plus. Elle s’épivarde à l’oratoire Saint-Joseph. Elle fait la connaissance du frère André – ou ce qu’il en reste –, elle s’amuse dans le grand orgue sous l’œil réprobateur des crapauds de bénitier et plouf! elle fait la rencontre du frère Jérôme, son premier géant artiste-peintre. Elle découvre son atelier et le plaisir d’y faire trempette.

Bachelière, et en art création et en art politique, Grenouille s’aventure dans le monde des géants et fait la rencontre de René Derouin, Pierre Falardeau, Marcelle Ferron, Gaston Miron, Guido Molinari, René-Marcel Sauvé, Francis Simard, Armand Vaillancourt… C’est que Dominique est une entrepreneure très attachante : non seulement elle sait comment s’entretenir avec les gens, mais elle sait aussi comment entretenir son entourage.

Notre amie Dominique travaille également comme fonctionnaire. Comme une roche parmi les quenouilles et les roseaux, elle a su brosser son propre tableau afin de continuer à vivre avec son art tout en puisant dans une stabilité. Un pont pour Gauguin, I am a pretty monster, Rien à comprendre… toutes des paraboles qui percolent du fond de son cœur en jeux chromatiques et aquatiques…

Annie Morin